Socrate

Découvrir la Grèce

Socrate

La philosophie comme manière de vivre a atteint des dimensions proportionnelles aujourd’hui. Dans l’ensemble, la philosophie en elle-même est bien, car elle permet de résoudre un ensemble de problèmes défiant l’intelligence. La philosophie permet également de se poser des questions approfondies sur l’existence, elle résout des contradictions. Une bonne philosophie permet de résoudre un problème avec des arguments bien étayés. Enfin, une philosophie se transmet à d’autres dans le but de faire perdurer la connaissance. Depuis l’avènement de la philosophie, le monde a connu de grands penseurs. Parmi ces penseurs et grands philosophes : Socrate. Dans cet article, nous analyserons notamment :

  • L’apologie de Socrate ;
  • La philosophie selon Socrate ;
  • Les dialogues socratiques de Platon.

L’apologie de Socrate

Socrate est un philosophe qui a mis un point d’honneur à vivre sa philosophie. Son apologie nous le montre si bien. Socrate est l’un de ses philosophes qui ont consacré des années entières de sa vie à la philosophie, et ce sans discontinuité. Il passait son temps à s’entretenir et à échanger des idées pendant des journées entières dans les rues avec ses concitoyens d’Athènes. Parmi ceux qui l’écoutaient, il y avait des jeunes, mais aussi des hommes mûrs qui avaient un grand statut dans la société athénienne.

Ces débats consistaient à se poser des questions en rapport avec la vie humaine et des questions supplémentaires qu’ils formulaient contre les questions de l’interlocuteur. Ces questions mettaient l’accent sur les relations logiques d’implication, d’incohérence et d’autre relation du même ordre. Ces questions lui permettaient de découvrir ce que son interlocuteur pensait réellement. À supposer que ce dernier eut des opinions sur la vérité de ce qui était recherché.

La philosophie selon Socrate

La philosophie selon Socrate est unique vu qu’il a passé son temps à examiner sans relâche les idées morales des autres tout en s’examinant lui-même. Socrate plaçait la santé de son âme au-dessus de toutes les autres valeurs. Ce qui lui permettait de s’auto examiner. Platon aimait tellement ce qu’il faisait que lors de son jugement il refusa la proposition d’acquittement s’il devait pour cela arrêter ses activités. Socrate n’avait que pour seule passion la philosophie et même s’il devait subir l’exil comme sentence, il n’arrêterait pas de philosopher.

Les dialogues socratiques de Platon

Dans les dialogues socratiques de Platon, Socrate tient toujours le rôle de celui qui pose les questions sur les opinions d’autrui. Celui-ci n’expose, n’argumente, et n’explique jamais directement ses propres idées sur la philosophie. Socrate n’a jamais permis qu’on l’interroge sur ses propres opinions à propos du bien, du mal ou sur les raisons philosophiques qui les soutiennent. On peut donc déduire que l’interlude qui suspend l’examen du sophiste Protagoras dans le dialogue du même nom est une exception.

Cependant, Socrate accepte d’être interrogé sur l’interprétation d’un poème de Simonide, et non pas sur ses propres conceptions morales. Dans ce cas et partout ailleurs où Socrate s’entretient au sujet de ces questions, les lecteurs sont contraints de produire un immense effort d’interprétation philosophique pour risquer une hypothèse sur ce que sont les thèses de Socrate et en particulier, sur les raisons philosophiques qui les soutiennent.